Carnet de route

Week end spéléo: Il est où le bonheur?

Le 25/07/2018 par Fanny

Arrivée vendredi soir pour une partie du groupe (Christophe, Céline, Josep, Lucas, Fanny et narco). On arrive  au Mas Raynal (à côté de la commune Le Caylar). On bivouac en pleine nature quasiment au pied du gouffre que l'on s'empresse d'aller voir dès notre arrivée sur site. Un premier pas vers le bonheur, faire de la spéléo sans marche d'approche!! (non le spéléo n'est pas fainéant, il est malin! il s'économise!). On a de la place pour mettre les tentes  alors on s'étale (ce qui donne beaucoup de travail à Narco pour empêcher les lapins susceptibles d'être une menace pour notre sécurité)

Dès le samedi matin on s'active (un peu) l'objectif c'est que tout soit équipé avant que les copains nous rejoignent l'après-midi (Philippe, Valérie, Marie-No et Eric). Christophe se charge d'équiper le P100 plein pot, plein jour!! (il ne parle plus c'est mauvais signe). L'occasion d'être tranquille entre filles pour partir équiper les puits parallèles. Céline démarre l'équipement puis Lucile prends le relais c'est rapide et efficace jusqu'au fond du trou, mauvaise surprise il y a trop d'eau et on ne peut pas descendre jusqu'au fond!! Tant pis Lucile laisse la corde sur un pallier, ce qui permettra de remonter dessus une fois le P100 descendu (On a en effet prévu de descendre par le P100 et de remonter par les puits parallèles).

On retrouve Philippe, Valérie et Marie-No autour d'un repas sous le soleil (Eric ne nous rejoindra qu'en fin de journée bloqué par ces enculés de hamsters en caleçon moulant). On hésite à s'accorder une sieste puis finalement on se dit que plus vite rentré sous terre plus vite sortis pour l'apéro! (quand je vous dit que le spéléo est malin!!)

Du coup nous voilà tous partis prêt à s'attaquer au P100! Lucas descends en premier, puis Christophe et puis plus rien pendant environ 30min. Valérie qui avait commencé à s'engager reste pendu dans le vide avec 100m sous les fesses!! Elle réalise l'exploit de rester zen!

 

Mais qu'est ce qu'il fout bordel? Christophe? Christophe? Déjà qu'il avait passé un moment à modifier son équipement parce qu'on ne pouvait pas faire une double clé, alors qu'il avait eu la matinée POUR LE FAIRE!!!

 

On finit par entendre 3 coups de siffler, en langage spéléo (qu'on a adapté pour l'occasion) cela signifie de ne pas descendre!

Déception générale...

Avec le recul je me dis qu'on aurait pu s'inquiéter mais comme c'est Christophe, on préfère râler!!

 

Tout le groupe part descendre par les puits parallèles sauf Lucile qui décide de persévérer et d'attendre en haut du P100.

 

On en prends plein les yeux dans ce gouffre,  tellement immense qu'il  est éclairé par la lumière du jour jusqu'à -70m! La végétation se mêle à la roche sombre sculptée par le passage de l'eau, c'est un lieu incroyable!

De notre point de vue on assiste à la remontée de Lucas sur la corde du P100, puis à la descente de Lucile (qui a bien fait d'attendre). C'est chouette de les voir pendu dans le vide en fil d'araignée mais nous aussi on aurait bien aimé le faire.. argh!!

Ah tiens voilà Christophe qui remonte par les puits parallèles en plus !!! Alors pourquoi tu as sifflé 3 fois??? Je n'ai rien compris aux explications.

On continue notre descente au fond et comme c'est possible Marie-No et Josep remonte par le P100, ils sont rapides et nous épatent tous à la vitesse on ils sont remontés!! Le reste du groupe remonte par les puits parallèles et avec Philippe on se charge du déséquipement.

 

Allez c'est l'heure de l'apéro et du débriefing on va peut être réussir à comprendre ce qui s'est passé. Il y a des histoires de cordes vrillées, de cordes coincés dans l'eau, de Lucas qui n'a pas écouté et de Christophe qui n'a ni écouté ni pendulé, de corde qui n'a pas été vue, de corde qui frotte, de gros cailloux dans l'eau, de Christophe qui n'a pas entendu Lucas, de Lucas qui n'a pas entendu Christophe etc etc... Bref je ne sais toujours pas pourquoi on n'a pas pu descendre le P100!!  Un seul espoir la caméra de Christophe qu'il  avait sur la tête pourra peut-être dévoiler toute la vérité!

En tout cas on a bien rigolé!

 

Le lendemain réveille à 6h30, on se lève, on s'habille, on range les tentes! C'est quoi ce bordel on se croirait en week end canyon! Ah mais oui on part faire un canyon souterrain tout s'explique!

 

On profite du petit déjeuner à la fraîche pour accompagner Céline à  gravir une année de plus vers la sagesse! Et en route pour Bramabiau!

 

Il est là le bonheur!! Si on avait su que c'était si facile à trouver on serait venue plus tôt! l'abîme de Bramabiau première découverte d’Édouard Martel le fondateur de la spéléo. Une diaclase de 70m de haut traversé par la rivière qui s’appelle le bonheur.

Les jeux de mots fusent du plus poétique au plus... spéléo!! 

Tout le monde se régale et nage dans le bonheur! Une fois sortis on a qu'une hâte y retourner!!! ça tombe bien à cause de Christophe on doit retourner au Mas Raynal pour enfin descendre le P100 alors on fera un crochet par Bramabiau (histoire de le faire à contre sens ou sans les pieds!)

 

Ici s'achève notre week end avec un pique nique au pied de la statut d’Édouard MARTEL.

Vive La Spéléo!!!

 

Fanny







CLUB ALPIN FRANCAIS PERPIGNAN
STADE JEAN LAFFON
BP 21102 - AV. PAUL DEJEAN
66103  PERPIGNAN CEDEX
Contactez-nous
Tél. 06.72.51.89.37.
Permanences :
Jeudis 18h30/20h00
Agenda